Institut GREFOR
Recherche
Recherche Menu

Septembre 2018

 

Post-formations

Œuvrer à la présence dans la rencontre

Dates :
Base
: 10-11 et 12 janvier 2019 (équivalence avec plusieurs séminaires, cf. ci-dessous)
Axe 1 : Changement de dates : 18 et 19 octobre 2018
Axe 2 : Changement de dates : 15 et 16 novembre 2018
Axe 3 : 7 et 8 mars 2019
Axe 4 : 9 et 10 mai 2019
Axe 5 : Automne 2019
Formateur : Frédéric Brissaud
Lieu : Grenoble
Tarif professionnel : 420 € (base) ; 280 €/séminaire (Axes 1 à 5)
Tarif stagiaire et ex-stagiaire* GREFOR : 390 € (base) ; 260 €/séminaire (Axes 1 à 5)

*Les stagiaires ayant terminé un 3e cycle ou un 4e cycle depuis moins de 2 ans.

Permettre au patient d’être de plus en plus conscient de son vécu présent dans sa globalité et en relation avec le gestalt-thérapeute est un axe central et original de la gestalt-thérapie. Notre culture favorise la pensée intellectualisante au détriment du corps, des émotions et de la présence et en séance, le patient est généralement focalisé sur des situations de sa vie pour essayer de les expliquer. Œuvrer au développement de la conscience n’est ni simple, ni évident, ni immédiat et nécessite, de la part du gestalt-thérapeute la mobilisation de moyens d’actions riches et variés. Demander régulièrement au patient «qu’est-ce qui se passe pour vous ?» n’est pas suffisant.
Ces formations visent à affiner et perfectionner les repères et les modalités d’interventions en parcourant les différents axes du développement de la conscience. Elles sont ouvertes aux gestalt-thérapeutes et aux psychopraticiens œuvrant à l’accroissement de la présence de leurs patients. Des dispositifs pédagogiques variés permettront d’apprendre dans et par la pratique.

Base : « Mobilisation attentionnelle, guidage et ralentissement »

Œuvrer à la présence du patient requiert un soutien ajusté à chaque patient et aux spécificités phénoménologiques des différentes facettes du vécu.
Un patient bavard ou un patient silencieux requièrent des interventions différentes, l’explicitation des pensées ne suit pas le même processus que celle des émotions ou des perceptions, questionner le patient accroît rarement la conscience du patient, etc. Œuvrer à la conscience nécessite une forme de « guidage » qui heurte souvent l’idée qu’il y aurait à accueillir
et accompagner mais non à diriger. Dans le travail long et progressif de conscience la qualité des interventions du praticien conditionne directement la possibilité de conscientisation du patient et le développement de sa présence.
Ce séminaire de base est requis pour accéder aux 5 axes suivants mais avoir participer aux séminaires suivants constitue une équivalence :

  • « Œuvrer à la présence à partir du vécu du patient » du 3e cycle de la formation actuelle,
  • « Conscientisation/Sémantisation – Approfondissement du travail sur le vécu du patient » des 3e cycles précédents,
  • « Prise de conscience, explicitation, présence : mode d’emploi » des perfectionnements professionnels.

Les axes suivants peuvent être parcourus indépendamment les uns des autres, mais il est préférable de les suivre dans l’ordre.

Axe 1 : « Passé, ailleurs, futur, imaginaire : travailler avec le contenu »

Les situations passées, actuelles ou à venir évoquées par le patient constituent sa réalité et son urgence. Travailler avec le contenu constitue le premier pas d’un travail de conscience respectueux du rythme du patient. Pour cela il faut aller au-delà des questions directes qui apportent quelques informations au gestalt-thérapeute, mais contribuent rarement à la conscience du patient.

Axe 2 : « Vécu du thérapeute, champ et interaction »

Considérer le vécu comme un construit de la situation permet au le gestalt-thérapeute d’utiliser son vécu pour contribuer à la conscience du patient et permet de mettre à jour les enjeux de la relation. Il est sollicité dans sa capacité à s’engager dans l’interaction et à regarder avec le patient sa contribution à la situation et dans son ouverture à accueillir le point de vue du patient.

Axe 3 : « Affleurences, silence, awareness et méditation à 2 »

Le patient, tôt ou tard, vit du flou, de l’informe, du rien, du pas grandchose. Œuvrer à sa présence c’est accueillir les affleurements sensibles, les émergences fugaces, les mouvements imperceptibles, les silences, sans « tirer sur le brin d’herbe pour qu’il pousse plus vite », dans une forme de méditation à deux sollicitant l’awareness du thérapeute et sa capacité à tolérer l’angoisse.

Axe 4 : « Implicites, certitudes, croyances, évidences »

Nos raisonnements, nos explications, nos élaborations intellectuelles s’appuient sur des évidences, des allant de soi, des croyances qui forment la réalité de notre monde, orientent nos intentions et nos actions. Travailler à leur conscientisation nécessite de traverser l’angoisse de la nouveauté et ouvre à plus de liberté dans nos orientations habituelle tout en développant la présence.

Axe 5 : « Questionner, affirmer, déclarer, inviter, enjoindre… »

Les questions souvent adressées au patient renseignent le gestalt-thérapeute avec des informations rarement nouvelles pour le premier. Contribuer à développer la conscience qu’a le patient de son vécu nécessite de mobiliser la diversité des façons de s’adresser à autrui permet de construire des interventions ajustées aux intentions du praticien.

⇑ Haut de la page

 

Octobre 2018 – post-formationsSuivant